4 « bébés » à la maison

Rassurez-vous je ne vous ai pas caché mes trois aînés, mais l’Héritier n’est quand même pas tout à fait notre premier bébé. Avant lui nous avons eu 3 enfants poilus que je vous avais déjà présentés en quelques mots dans cet article.

Avec les animaux, nous avions une organisation bien rodée, organisation indispensable puisque la cadette est le prédateur naturel des deux « grands ». En effet, le gros chien est un chien de chasse et les « grands » étant des lapins on se doute bien de ce que le canidé ferait aux deux lagomorphes. Notre maison est donc divisée en deux : le rez-de-chaussée est le domaine du chien, l’étage celui des lapins (avec des limites quand nous sommes absents pour éviter qu’ils ne rongent les pieds du lit).Ce découpage de base n’a pas changé avec l’Héritier, mais son arrivée nous a conduit à quelques aménagements.

Au rez-de-chaussée nous avons fait le choix d’acheter un parc dans lequel nous mettons le coussin-transat du bébé. Il ne nous paraissait pas envisageable d’avoir un transat posé au sol, ni même un modèle en hauteur à cause de la présence du chien. Même si elle très gentille, il faut avouer qu’elle est un peu volumineuse et très très distraite. Il lui arrive régulièrement de nous foncer dedans quand elle marche et de se cogner dans les meubles (à se demander si elle voit clair), et elle est aussi très fofolle malgré ses quatre ans. Il était donc évident qu’elle ne serait pas plus attentive avec un bébé dans les parages et que pour des questions de sécurité, il valait mieux mettre une distance entre chien et bébé (et aussi entre langue baveuse du chien et joues du bébé).

Même si l’Héritier est confortablement installé dans son parc, en sécurité, je ferme toujours la porte du salon si je dois quitter la pièce, même quelques minutes. On ne sait jamais ce qui peut se passer dans la tête d’un chien et même si elle ne montre aucune agressivité envers l’Héritier, je préfère prévenir que guérir : elle ne reste jamais seule avec lui, même si c’est juste le temps que j’aille aux toilettes.

En balade, la présence de l’Héritier en poussette nous amène aussi à faire quelques aménagements puisqu’il est impossible de tenir un chien qui tire en laisse et une poussette en même temps (j’ai essayé, la poussette a failli se retrouver dans un fossé). Tant pis pour la laisse, si nous partons faire une balade avec la poussette, le gros chien reste en liberté. On se limite donc aux chemins de campagne et n’allons pas en ville dans ce cas pour minimiser les dangers d’un chien qui s’élancerait vers un chat/un congénère/un humain inconnu à qui il veut dire bonjour/une feuille qui vole/un lézard/… (liste non exhaustive). Si nous allons en ville, la gros chien est attaché et le bébé est en écharpe.

Les lapins posent moins de problèmes mais nous poussent à être vigilants. Pour comprendre, il faut savoir que se sont des « lapins libres » : ils n’ont ni cage, ni enclos, mais plutôt une « chambre » (le bureau) dans laquelle ils sont confinés quand nous sommes absents. Quand nous sommes là ils ont accès à tout l’étage et ne se gênent pas pour sauter dans notre lit ou faire des dérapages sur le parquet de notre chambre.

Avec l’arrivée de l’Héritier nous avons fermé la porte de notre chambre la nuit pour les empêcher de venir. Evidemment ils ne feraient pas le moindre mal volontairement au bébé mais nous nous souhaitons pas qu’ils montent dans le berceau cododo. Question d’hygiène d’abord (les poils des lapins et les poussières de foin qui s’accrochent à leur pelage pouvant être un allergène) et par sécurité ensuite : un lapin de 2,5kg (le mâle est un gros gabarit) qui grimpe sur la cage thoracique d’un bébé de 4,5kg c’est dangereux. Ils sont aussi un peu bruyants (cf. les dérapages sur parquet) et l’Héritier a le sommeil assez léger.

L’accès à la chambre de l’Héritier est aussi interdit à la femelle puisqu’elle est passablement destructrice et a une goût prononcé pour les murs de la chambre du bébé. La pièce étant neuve, nous ne tenons pas à ce qu’elle saccage tout. D’autant que les fils électriques ne sont pas encore protégés dans cette pièce, lui empêcher l’accès c’est donc la protéger elle aussi. C’est injuste mais le mâle qui ne détruit rien, peut lui venir autant qu’il veut, mais il préfère souvent rester avec sa compagne.

L’arrivée d’un bébé change donc beaucoup de chose pour tous les membres de la famille. Aux parents de trouver des astuces pour que tout le monde y trouve son compte, y compris les membres poilus, plumeux ou écailleux.