Inspecteur Môman

Elle est passée maître dans l’art de l’investigation. Sa curiosité sans pareil l’aide surement dans ses recherches et elle voue une véritable passion à l’enquête. Jusqu’ici, Lily l’avait vu réaliser des prises en flagrant délit sur des polars ou en regardant avec elle un épisode du « policier du jeudi ». C’est toujours elle qui note les preuves infimes, remonte les liens entre les victimes et les suspects et trouve le coupable avant tout le monde. Il faut bien l’avouer, la môman de Lily a un don pour l’enquête et rien ne lui échappe.

Le week-end passé a été une nouvelle occasion d’exposer ses talents. Elle est venue rendre visite au Crapaud et à Lily dans leur maison et y a passé la nuit de samedi à dimanche. Elle n’était jamais venue et a prit plaisir à découvrir leur cocon, à vanter les atouts de la Jolie Chaumière, à remarquer avec tact que le jardin des voisins n’était pas très bien entretenu alors que la voisine entretenait justement son jardin et était à portée de voix. Car si elle est une bonne enquêtrice, la môman de Lily manque un brin de subtilité.

Peut-être qu’elle cherchait simplement à s’occuper en attendant que sa fille et son presque-gendre se lèvent le dimanche matin. Peut-être qu’elle relevait des preuves pouvant confirmer son intuition digne des meilleurs flics. Lily penche pour la deuxième option mais lui laisse le bénéfice du doute. Toujours est-il que la môman de Lily a un peu fouiné ce dimanche matin là et que le numéro de Parents de Novembre 2014 (que Lily n’a jamais jeté), pourtant bien caché sous une épaisse pile de revue, s’est bizarrement retrouvé à trôner sur la table basse.

Quand Lily a enfin dénié se lever et a rejoint sa môman, elle a prit un uppercut en voyant qu’un magnifique bébé siégeait tout sourire dans son salon. Mère et fille n’ont rien dit et Lily s’est affairée à préparer le petit déjeuner tout en cherchant en moyen de faire disparaître cette preuve accablante.

Mais la môman de Lily attendant le bon moment pour poser sa question (à savoir, quand le Crapaud serait réveillé) à préféré parler de tout et de rien pour faire diversion tout en aidant Lily à ranger la table du petit déjeuner. C’est ainsi qu’elle est tombée sur la deuxième pièce à conviction : le vaccin rangé dans la porte du frigo.

Et là, il faut la comprendre, elle n’a pas pu résister à poser des questions (curieuse on a dit). Lily s’est alors lancée dans une explication des plus détaillés sur la réforme du calendrier vaccinal en expliquant que pour son boulot elle devait absolument faire le rappel du tétanos (même vaccin que la coqueluche).

Quand le Crapaud s’est finalement décidé à les rejoindre, elle a pu interroger son deuxième suspect qu’elle soupçonne de complicité dans cette affaire. « Bah alors, le Crapaud, tu lis Parents maintenant ? ». Double silence gêné, rougissement simultané, heureusement elle n’a pas emmené le détecteur de mensonges. Lily improvise un alibi proche de la réalité (les collègues du Crapaud qui font une farce) ce qui n’explique cependant pas que ce magazine n’ai pas encore atterrit dans la poubelle (ou dans la cheminée, beaucoup plus efficace pour faire disparaître des preuves). La môman de Lily ne poursuit pas et se contente de feuilleter méticuleusement sa pièce à conviction pendant plusieurs minutes.

Elle n’a finalement rien dit de plus, même si ces deux « coïncidences » ont certainement dû être classées dans le dossier « Lily et le Crapaud, affaire des essais confidentiels » et rejoindre le premier élément de l’enquête : « récupération du carnet de vaccination au domicile parental ».

Mais on ne lui dira rien, sans trop savoir pourquoi exactement, Lily veut garder le secret des essais. Mais est-ce qu’on peut vraiment cacher quelque chose à sa maman ?