Ces moments où j’y pense

En ouvrant les yeux presque chaque matin

Au petit déjeuner, en regardant les jeux de Quicky sur la boite jaune de chocolat en poudre

Souvent dans la voiture, sur le chemin du travail

Quand la collègue-multi parle de ses enfants

Encore plus quand elle m’annonce la date de début de ses prochains essais

Et qu’elle m’invite à un faire autant, car ça serait drôle de mettre la panade dans la boîte

À la vue d’un prénom adoré que je voudrais tant donner

Quand les bouclettes de Petite Nièce 2nde flottent au vent lorsqu’elle courre

Quand Petite Nièce 1ère lit à voix haute, déjà

Lors des annonces évidemment

En ouvrant le frigo et en voyant les derniers faire-part reçus

Et quand le facteur apporte les cadeaux de naissance à offrir

Quand il a fallut les choisir

En souriant à des bébés qui me le rendent bien dans les files d’attente au supermarché

Chez le docteur où mon livre n’occupe jamais assez mon attention pour que j’oubli les petits qui attendent

Quand je prépare les plans de la petite chambre du haut et que j’imagine déjà la déco

Lorsque les lapins viennent en courant vers moi alors que je les appelle « mes bébés »

Et quand le gros chien vient poser sa tête sur les genoux de « son papa »

En réservant les prochaines vacances sans cocher l’option « lit bébé »

A chaque fin de cycle bien sur, et à chaque période favorable aussi

Et à chaque année passée, les miennes, celles du Crapaud et celles de la planète

Quand j’entends un rire d’enfant ou des gazouillis

Et peut-être encore plus quand j’entends des pleurs

Quand je dois rester tard au travail pour finir un dossier, parce que c’est possible

Le soir alors qu’OvuView me rappelle d’enregistrer les données du jour pour m’aider à concevoir

A la vue d’un ventre rond, inévitablement

Et quand le mien se crispe pour n’importe quelle raison

Quand j’ai une nausée qui n’a aucun rapport avec celles que je voudrais avoir

En tombant sur les dessins animés le dimanche matin à la télé

Ou en zappant sur Baby Boom, plus ou moins par inadvertance

En se promenant sur des chemins caillouteux et en se disant qu’une poussette 3 roues c’est mieux

Lors des départs en week-end, le rangement dans la voiture tenant du Tetris et laissant peu de place pour un siège-auto

Quand j’écris un article ou réponds à un commentaire sur le blog

Et quand je vous lis sur les vôtres

 

Et bien plus souvent, sans raison apparente, alors simplement qu’une idée arrive, qu’un prénom est murmuré dans ma tête sans que rien ne l’amène. Chaque semaine. Chaque jour. Chaque heure.

Alors ne dites pas qu’il ne faut pas y penser.