Végétarienne et enceinte, qu’est-ce que ça change ?

Je n’ai pas l’ambition de faire de cet article une apologie du végétarisme et de dire que c’est génial même quand on est enceinte. La toile fourmille déjà d’articles visant à aider les novices à équilibrer leurs repas à toutes les étapes de leur vie, je ne vais pas ajouter ma pierre à l’édifice, d’autant que je n’y connais rien en nutrition (pas plus que le commun des mortels en fait). Je voulais juste revenir sur ce que ça change pour moi.

Enfin… plutôt sur ce que je crois que ça change, je n’ai pas de quoi comparer avec une autre grossesse où je n’aurais pas été végétarienne puisque c’est ma première.

L’alimentation

Je n’ai absolument pas changé ma façon de manger. Je vois à longueur de forum des futures mamans se plaindre de rien pouvoir manger à cause de la toxoplasmose et de la listériose, personnellement je n’ai pas vu de changement.

Evidemment le problème de la viande mal cuite ne se pose pas, celui du poisson cru non plus. Je nettoie toujours convenablement mes légumes, pas seulement quand ce que j’ingère sert aussi à un autre humain (je lave même les légumes des lapins, je suis un peu extrémiste sur le sujet). Je ne me prive pas de manger des crudités et des salades au resto non plus. Déjà, parce que dans certains restaurants il me resterait plus rien à manger (le reste étant le plus souvent à base de viande) et parce que si j’y vais et que j’y retourne c’est que j’ai confiance en l’hygiène de l’établissement.

Concernant les fromages, je ne fais peut-être pas autant attention qu’il faudrait. Je ne regarde pas systématiquement l’étiquette pour savoir s’ils sont ou non pasteurisés, et je pousse même parfois le vice jusqu’à manger la croûte (le Pavé d’Affinois sans croute, autant pas le manger franchement !).

Je ne me prends pas tellement la tête sur les restrictions alimentaire il faut dire, et je ne pense pas « bactérie/virus/maladie » à chaque fois que je mange un truc. En fait, si j’avais été enceinte avant de devenir végé, je crois que le seul truc qui m’aurait manqué ce sont les sushis au saumon car je n’aimais aucun autre poisson cru avant et que j’avais l’habitude de manger de la semelle (le goût du sang, hein… non merci).

Le suivi

Ma sage-femme est formidable (je l’ai déjà dit ?), elle ne me fait pas la morale à longueur de temps sur mon alimentation. Elle m’a sortie plusieurs tableaux présentant les meilleurs végétaux en termes d’apports en fer et en protéines mais sans me dire « manger de la viande ça serait mieux quand même ». Elle n’a ni crié au scandale, ni préconisé une consultation chez un nutritionniste. Elle a juste trouvé que ça me simplifierait bien la vie par rapport à la toxo, ce qui est vrai. J’ai bien sur un dosage sanguin à faire concernant le fer (oh, joie !) mais comme tout le monde je crois.

Le végétarisme ne change rien au suivi de ma grossesse et j’apprécie vraiment d’avoir en face de moi quelqu’un qui accepte ce choix et ne le remet pas en question. Ça me change de ma généraliste qui souhaiterais que je mange « au moins du poisson »… je n’entre pas dans ce débat avec elle, je sens bien que ça ne servirait à rien.

Le petit hic, c’est que les repas à la maternité risquent de ne pas être très fun, enfin encore moins qu’ils le seraient pour une omni. Ma maternité ayant l’air d’être formidable aussi (je m’avance pas trop, je verrais quand j’y serais) on peut demander à son Crapaud d’apporter un petit plat de son choix que l’équipe nous fera réchauffer. La seule condition c’est que le repas doit être « industriel », principe de précaution des fois que le mangé que je confectionne de mes blanches mains soit contaminé. On va donc pouvoir améliorer un peu les repas Sodexo avec du Biorg et du Sojasun… c’est mieux que rien.

Les autres

C’est toujours le même problème… même avec l’aval du corps médical, le végétarisme reste assez mal perçu. D’autant que c’est assez récent chez moi, ça ne date que de l’été dernier, mon entourage s’inquiète donc de savoir si je sais équilibrer mes repas. La question favorite de ma belle-mère est de savoir si j’arrive à manger équilibré, alors que ça ne lui a pas effleuré l’esprit une seule seconde de poser cette même question à sa nièce qui mange McDo deux fois par semaine…

 Ma mère s’inquiète à chaque fois que je prends un repas avec elle « mais tu es sure qu’il va pas avoir de carences ce petit ? » et insiste parfois lourdement pour que je mange au moins un morceau « pour lui faire plaisir » (sic).

Mon père essaye autant que faire ce peu de ne pas rentrer dans ce débat houleux, tout en balançant son opinion quand on ne lui demande pas. Dernier exemple en date, je m’étonnais de ne pas avoir beaucoup de ventre (ce qui est toujours le cas) et il a marmonné dans sa barbe « ben, on se demande bien pourquoi ». Je rêve de pondre un bébé de 4kg juste pour lui rabattre son caquet, mon périnée n’est cependant pas du même avis.

En fait, la grossesse n’a rien changé à mon choix. Je ne prends pas de compléments, mes coups de fatigue ne doivent être dus qu’à la croissance exponentielle de l’Héritier et je vais globalement très bien. Et si besoin est de le préciser : l’Héritier est en pleine forme et grandit normalement. Le seul truc relou ce sont les avis des gens, mais il parait qu’il faut que je m’y habitue…